Accélération du monde «moderne» (Part1)

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’accélération du rythme de nos vies.

Et qui de mieux placé que le théoricien de l’accélération.
Le sociologue et philosophe allemand Hartmut ROSA.
Et plus particulièrement de son traité magistral: « Aliénation et Accélération ».

Le sujet étant vaste et extrêmement intéressant, car directement lié à nos vies.
Il me faudra plusieurs articles pour le traiter.

Qui n’a jamais ressenti le sentiment d’accélération du temps ?

En réalité, le temps n’accélère pas. Il est le même depuis des millénaires. La Terre tourne toujours autour de notre Soleil en 23 heures 56 minutes et 4,1 secondes.

Et pourtant…

Newton pendulum with earth
Les sociétés dites modernes ne cessent de s’accélérer !
C’est une réalité.

Et sa dynamique ne s’arrêtera pas de sitôt.


Le cycle de l’accélération est désormais entré en mouvement perpétuel !

Hartmut Rosa est parvenu à comprendre ce mécanisme d’accélération.
Ses causes, ses conséquences et les effets énormes engendrés sur toute la société et les individus.

On comprend très vite face à sa démonstration, qu’il ne nous reste à chacun que 2 alternatives :

1 – Accepter volontairement l’accélération de la société moderne actuelle ou la subir sans la moindre résistance. Ce qui fera de nous, tôt ou tard, des individus totalement aliénés et psychologiquement instables.

2 – Où choisir de décélérer.

 Qu’est-ce que l’accélération sociale ?

 Hartmut Rosa distingue les 3 phénomènes  qui en sont la cause:

Hartmut Rosa 03

  • L‘accélération technique :

hyperloop-one

C’est l’accélération des transports, des communications et des productions.
Mais aussi des nouvelles formes d’organisation et d’administration; depuis l’ère industriel.
Les effets de l’accélération technique sur la réalité sociale sont énormes !
La perception et l’organisation de l’espace et du temps dans la vie sociale ont été complètement transformées.

  • L’accélération du changement social :

Generation-x-y-z

C’est le plus inquiétant. Bien plus que les spectaculaires avancées technologiques.
Car les perturbations du changement social rendent instable et éphémère les structures sociales, les modes d’action et les orientations.

Le changement dans les domaines de « la famille » et « le travail » a accéléré pour passé d’un rythme inter-générationel(ère industriel), à un rythme générationnel(ère moderne), à un rythme intra-générationnel(ère moderne tardif actuel). La durée des emplois se rétrécit. Les métiers changent à un rythme plus élevé que les générations.
Les institutions sont en déclin.

  • L’accélération du rythme de vie :

Le temps est désormais perçu comme une matière consommable. Et la conséquence en est le besoin ressenti de vouloir faire plus de choses en moins de temps.

Les gens ont l’impression que le temps passe plus vite qu’avant et se plaignent que tout va trop vite. Et ils craignent de ne pas être capable de suivre ce rythme de vie sociale.

Dans les sociétés modernes, les gens se sentent placés sous une forte pression temporelle et se plaignent du peu de temps. Alors, ils mangent plus vite, dorment moins, communiquent moins avec les membres de leur famille.

Le paradoxe !

L’accélération technique devrait logiquement augmenter le temps libre des individus, car la technologie nous a permit de gagner un temps significatif dans toutes les tâches, les déplacements etc.

Mais le système capitaliste ne nous a pas permit de travailler moins, ni d’avoir plus de temps libre.
Au contraire… Le paradoxe est là!

Comme on met moins de temps à produire un certain nombre de tâches qu’avant, et bien le capitalisme a dit: « on produira plus ». Du coup la croissance va plus vite que l’accélération technique.

Les 3 forces motrices de l’accélération sociale

1 – Le moteur social : « LA COMPÉTITION »

Competition-at-Work

La technologie n’est pas la cause de l’accélération sociale , mais bien l’économie capitaliste. Avec le crédit à intérêt qui oblige une circulation du capital de plus en plus rapidement. Qui à son tour accélère la production, la circulation et la consommation.

La logique de compétition s’installe partout entre les individus.

Avec les diplômes, les emplois, les revenus, les biens de consommation ostentatoires, la réussite des enfants, pour obtenir ou garder un conjoint ou des amis…

« Si l’on ne se montre pas assez gentil et intéressant, distrayant ou beau, nos amis et même les membres de notre famille en arriveront vite à ne plus nous appeler. »

La réussite est définie comme le labeur/travail effectué en un temps donné(de plus en plus réduit).

2 – Le moteur culturel : « LA PROMESSE D’ÉTERNITÉ »

On mesure désormais la somme des expériences faites au cours d’une vie, en fonction de la richesse et la qualité de la vie des individus. On est en pleine compétition à une vie bonne et entièrement accomplie, coûte que coûte.

Cette idée ne suppose alors plus l’existence d’une vie supérieure. L’homme moderne se retrouve prisonnier d’une course sans fin, tel un hamster dans une roue.

3 – Le cycle de l’accélération :

acceleration

Le capitalisme ne peut pas faire de pause. Il n’arrête pas sa course. Soit il monte, soit il descend. Il ne peut rester immobile, pour ne pas retomber en arrière.

Les individus sont sous pression. Les gens se sentent contraints de suivre ce rythme effréné pour garder leurs chances dans la compétition qui est désomais mondiale.

L’accélération et l’aliénation sont installées, orchestrées et désormais autopropulsées.

[Prochainement * À la suite de cet article: « Qu’est-ce que la décélération sociale ? »]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s